Séries Addict

Tout sur vos séries préférées, acteurs, spoilers et bandes annonces
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DENOUEMENT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14
AuteurMessage
zabou
Went_ Angel
Went_ Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 639
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: DENOUEMENT   Sam 26 Sep - 20:39

Washington – DC – Maison Blanche - 7h55


La salle de conférence de presse de la Maison Blanche est pleine comme un œuf. Les journalistes en viennent presque aux mains pour se faire une petite place.
Au milieu de cette cohue, assise au premier rang, Jessica mâche nerveusement un chewing-gum faute de pouvoir s’en griller une… Comme nombre de ses collègues, la jeune femme pressent que Coleman n’a pas convoqué la presse pour dire des banalités…

Les flashs crépitent de toutes parts lorsque que le président apparait, visiblement un peu étonné de voir autant de monde. Il sourit pour cacher son appréhension et attend que le calme revienne. Il pose un papier sur le pupitre et ajuste ses lunettes.

De sa voix grave d’homme mur, il commence par les banalités d’usage ce qui crispe les nerfs de Jessica.
Après un bon quart d’heure de blabla sur le côté inacceptable des agissements de la Compagnie, Harry aborde le sujet que la journaliste attend.

« Ces inqualifiables criminels pourraient toujours agir en toute tranquillité sans le courage et l’abnégation de courageux jeunes gens. Grâce à leur bravoure, ce pays va à nouveau pouvoir fonctionner normalement. Aussi, j’ai pensé qu’il était de mon devoir d’intervenir envers ces personnes qui ont rendu un aussi inestimable service à l’humanité. »

Coleman s’arrête, tourne une page. Un silence absolu règne dans la pièce, tout le monde est suspendu à ses lèvres.

« Je vais commencer par Monsieur Alexander Mahone, ancien agent du FBI. Son cas est particulièrement épineux car, malgré le courage indéniable dont Monsieur Mahone a fait preuve, certains de ses actes, autant qu’agent de notre honorable bureau, sont impardonnables… Pour cette raison, je pense que Monsieur Mahone doit être jugé pour les actes qui lui sont reprochés… »


Chicago – Bureau FBI
Comme une bonne partie du pays, les agents du FBI de Windy City s’étaient regroupés devant les postes de TV, impatients d’écouter leur président. La dernière phrase de Coleman provoque des murmures approbateurs ou des jurons. Felicia ferme les yeux et tente, sans grand succès, de cacher sa déception. Jason lui pose une main sur l’épaule pour la soutenir. Une larme coule sur la joue de la jeune femme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zabou
Went_ Angel
Went_ Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 639
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: DENOUEMENT   Sam 26 Sep - 20:42

Washington – DC – Maison Blanche


« Mon attention a été attirée sur le cas de Monsieur Benjamin Miles Franklin qui fait parti des 8 évadés de Fox River. Certes, monsieur Franklin n’a pas participé à la remise de Scylla aux autorités. Mais il est apparu que le sergent Franklin n’a pas été renvoyé de l’armée pour déshonneur mais parce qu’il avait cherché à signaler des comportements inacceptables dans la prison d’Al Jabar au Koweït où il était gardien lors de sa mission durant la 2ème guerre du Golf… Aussi, pour cet acte qui mérite récompense, et vu que les faits reprochés à Monsieur Franklin n’incluent aucun crime de sang, j’accorde la grâce présidentielle à Monsieur Benjamin Miles Franklin et je demande qu’il soit réintégré dans l’armée si tel est son souhait. »

Harry s’interrompt un instant, regarde la salle devant lui avec un petit sourire.

« Tu vas le dire ou je t’arrache la langue », pense Jessica qui ne tient plus en place sur sa chaise

Le président rebaisse les yeux vers ses notes.

« Venons-en à la raison de votre présence ici. »

Il s’arrête à nouveau et relève la tête.

« Monsieur Cooper Green m’a fait part des conclusions de la commission suite aux auditions de vendredi et il a particulièrement insisté sur la situation des deux jeunes gens sans qui cette Compagnie coulerait, à n’en pas douter, des jours heureux.Monsieur Fernando Sucre a certes un casier judicaire un peu chargé et menacer un être humain avec une arme n’est pas un délit à prendre à la légère. Mais par son courage et au péril de sa propre vie, Monsieur Sucre a sauvé le monde d’une menace bien pire qu’un simple révolver. Pour cela, il mérite largement la grâce présidentielle que je lui accorde avec les remerciements de toute la nation. »

Coleman s’arrête en attendant que les murmures qui ont envahi la salle se tarissent.

« Comme la majorité d’entre vous, je pense, j’ai été estomaqué par l’évasion des huit détenus de Fox River, sans aucune violence et grâce à un plan merveilleusement mis au point. Plan qui semblait bien plus venir d’une organisation mafieuse que d’un seul homme. Plan qui a permis à de dangereux criminels comme Théodore Bagwell et John Abruzzi de se promener libres dans nos rues. Mais plan mis en place, hé oui, par un seul homme et dans un seul but, sauver la vie d’un innocent. Uninnocent pris entre les mailles de cette même Compagnie que nous nous employons aujourd’hui à démanteler. Un proverbe dit qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Il arrive, malheureusement, que ces œufs soient des êtres humains quand l’omelette est de sauver le plus grand nombre. Certes, Monsieur Scofield a commis des délits, certes il a remis Bagwell dans la rue. Mais en allant au bout de son plan, ce n’est pas un seul innocent que Monsieur Scofield a sauvé, mais des milliards d’innocents, les habitants de cette planète. Aussi, accorder la grâce présidentielle à Monsieur Michael Scofield me semble plus que justifié et, en mon nom et au nom des Etats-Unis, je voudrais présenter mes remerciements et aussi, mes sincères excuses à Monsieur Michael Scofield et ainsi qu’à son frère, Lincoln Burrows…. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zabou
Went_ Angel
Went_ Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 639
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: DENOUEMENT   Sam 26 Sep - 20:44

Washington – DC – Bureau de Brown

William et James trinquent avec leurs mugs de café.

« Voilà qui est parfait, sourit le directeur du FBI
- Les innocents vont pouvoir reprendre le cours de leur vie, approuve James
- Et il tiendra à des hommes comme vous qu’ils n’aient plus jamais à se substituer à nous... »


Los Angeles


Des applaudissements éclatent dans le bureau du procureur. Ellen se retourne pour cacher les larmes de joie qui collent sur ses jolies joues. Elle a envie de crier, de hurler que cela est grandement mérité.


« Vous aviez raison, sourit Michel en s’adressant à Dimitri, L’Etat n’a pas voulu aller jusqu’au procès.
- Je ne vois pas ce qu’un procès aurait apporté de plus que leur témoignage devant la commission. Il est maintenant grand temps de laisser ces braves jeunes gens tranquilles… »


§§§§§§§§§§§§§§§§§§§


Whiteker réveille ses voisins en poussant un cri de joie. Le sourire aux lèvres, le médecin se dirige vers sa salle de bain, prête à commencer une longue journée de fort bonne humeur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zabou
Went_ Angel
Went_ Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 639
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: DENOUEMENT   Sam 26 Sep - 20:52

Chicago – Centre de rééducation

A force de se ronger l’ongle de son majeur, Lincoln attaque la phalange au moment où Coleman daigne enfin parler de son frère. A ses côtés, Sara n’est pas loin de se briser les doigts tant elle les tord pour calmer son angoisse. Cette situation leur rappelle étrangement ce qu’ils ont vécu deux mois plus tôt avec Reynolds. Seule Hewes est parfaitement calme et sereine. Elle a eu Cooper Green au téléphone la veille au soir et sait que Coleman n’est pas Reynolds…

« Aussi, accorder la grâce présidentielle à Monsieur Michael Scofield me semble plus que justifié et, en mon nom et au nom des Etats-Unis, je voudrais présenter mes remerciements et aussi, mes sincères excuses à Monsieur Michael Scofield et ainsi qu’à son frère, Lincoln Burrows…. »

Petey et MariCruz, qui se sont retenus depuis l’annonce de la grâce présidentielle accordée à Fernando, peuvent enfin laisser éclater leur joie. Les deux jeunes gens se tombent dans les bras au milieu des acclamations de toutes les personnes réussies dans la salle.
LJ se met à faire des bonds sous le regarde amusé de Beth, très satisfaite. Sofia embrasse un Lincoln qui ne semble pas avoir encore réalisé et Sara fond en larmes.

« C’est fini, murmure Burrows sans oser y croire, C’est fini…
- Tout à fait, déclare Beth en se levant de la chaise où elle était assise, Maintenant vous allez pouvoir retourner à votre rééducation en toute sérénité.
- Maitre, lui répond Linc, Je… Je ne sais pas comment vous remercier.
- Me remercier ? Vous avez entendu le président. C’est vous qu’il faut remercier, pas moi. Moi, je n’ai fait que mon travail. Et je suis heureuse d’avoir pu apporter ma petite pierre à cet édifice.
- Merci, murmure à son tour Sara en essuyant ses larmeS
- Maintenant, on va régler le problème de Fox River et faire payer au meurtrier de ton père ce qu’il a fait, déclare l’avocate d’une voix ferme, Je vous laisse… Profitez de cet instant. Et laissez-moi m’occuper du reste. »

Hewes quitte la salle de restaurant avec un grand sourire. Les traits de Lincoln se détendent lentement puis une immense joie illumine le visage du jeune homme, taquiné par Darius et Andrea qui s’étonnent de le voir sans réaction;

« Putain !!, lâche-t-il en passant son bras autour des épaules de Sara, On a réussi. On a réussi.
- Et comment !!, crie son fils en lui sautant sur les genoux, Oncle Mike, toi, moi, Sara, Sofia, on va pouvoir retrouver une vie cool !!
- Et tu reprends des études, sérieux !, lui rappelle Linc
- Promis !!! », répond l’adolescent en l’embrassant sur la joue.

Sara pose sa tête sur la solide épaule de Burrows. Le jeune homme la serre contre lui.

« Maintenant, tu vas pouvoir t’occuper de lui. Lui apprendre à penser à lui, murmure-t-il
- Compte sur moi…. »

Souriant enfin, ils regardent les personnes autour d’eux qui célèbrent leur bonheur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zabou
Went_ Angel
Went_ Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 639
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: DENOUEMENT   Sam 26 Sep - 20:58

Fox River

Tim ayant pris son service avant l’annonce de la conférence de presse du président, Michael et Sucre ignorent totalement que tout le pays ne parle plus que d’eux. Assis tous les deux parterre, ils continuent de se remémorer leurs souvenirs.

« La fac, ça doit être pratique pour draguer les filles… C’est plein de nanas mignonnes. T’as du t’éclater…
- Pas vraiment… Tu sais, je n’étais ni le capitaine de l’équipe de foot, ni le clown qui faisait rire tout le monde… Et les études de maths, ça fait pas vraiment rêver les filles…
- Y avait pas de filles dans ta classe ?
- Si, avec de grosses lunettes et des boutons, comme tous les matheux. »

Fernando éclate de rire.

« J’te crois pas… Sara, Jessica, elles se battent pour toi et tu veux me faire croire qu’à 20 ans t’étais puceau !!
- N’exagérons pas, mais pas loin, rit Michael, Comme je te l’ai dit, à l’époque, j’avais la tête dans les bouquins et comme je ne sais pas draguer… »

Le bruit des clés dans la serrure de sa cellule lui fait tourner la tête.

« Sors, lui dit Stolte, J’ai quelque chose à vous dire. »

Michael s’exécute étonné.
Le gardien ouvre la cellule de Fernando et lui donne le même ordre. Une fois les deux hommes dans le couloir, il les regarde avec un grand sourire.

« Vous sortez demain.
- Quoi ??, s’écrit Sucre
- Ca n’est pas drôle, se fâche Michael
- Je ne me fous pas de vous, Scofield, rit Keith, Le président vient de vous accorder la grâce présidentiel. Demain, vous sortirez d’ici libres comme l’air ! »

Michael vacille sous le coup de l’émotion. Il doit s’appuyer contre le mur pour rejoindre son lit où il s’écroule.

«Pas de blague ?, demande Fernando qui n’en croit pas ses oreilles, Tu nous fais pas marcher ?
- Viens avec moi, je vais te faire écouter la radio… »

Scofield ouvre la bouche pour essayer de retrouver son souffle. Sa sinistre cellule se met à tourner autour de lui. Des larmes coulent sur ses joues. Il ferme les yeux. Un léger sourire se dessine sur ses lèvres en entendant les cris de joie de Fernando qui lui confirment qu’il n’est pas en train de rêver…

Demain… Une page blanche, une nouvelle vie avec Sara…

Tout cela lui fait soudain un peu peur. Michael a l’impression d’être poussé dans un précipice. Depuis 3 ans, toutes ses pensées, son esprit, étaient tournés vers Lincoln. Plus rien d’autre ne comptait. Tous les petits et grands plaisirs, les petits riens qui construisent une vie, il les avait zappés. Il ne se rappelle même plus ce qu’on ressent devant un bon match de basket ou simplement en buvant un verre avec des amis. Lui aussi va tout avoir à réapprendre…



Chicago – Centre de rééducation

Allongé dans son lit après une journée plus riche en émotion qu’en effort sportif, Linc regarde pour une fois autre chose que les informations. Après le film, une voix off annonce les titres du journal qui suit la coupure publicitaire.

« Le Président Coleman a annoncé aujourd’hui qu’il accordait la grâce présidentielle à Michael Scofield, Fernando Sucre et Benjamin Miles Franklin… Toujours dans l’affaire Scylla, c’est maintenant officiel, le corps retrouvé dans le lac Fork Peck est bien celui de Veronica Donovan, l’amie et l’avocate de Lincoln Burrows et de Michael Scofield, disparue fin mai… »

Lincoln hoche la tête et s’appuie contre son oreiller.

« C’est vraiment fini… On repart sur une feuille blanche…. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zabou
Went_ Angel
Went_ Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 639
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: DENOUEMENT   Sam 26 Sep - 21:10

26 août

Fox River


La foule massée autour de la prison est encore plus impressionnante que les autres jours, à croire que toute la population de l’Illinois s’est regroupée autour du pénitencier. Seule différence, les banderoles et les panneaux ne demandent plus justice. Des messages de remerciements les ont remplacés.

« Merci pour tout » « Bravo aux héros » « Amérique vous dit merci »

Dans la zone réservée aux détenus libérés, Michael et Fernando repassent les vêtements qu’ils portaient en arrivant à Fox River, récupèrent leur montre et leur téléphone portable mais également ce qu’ils avaient déposé lors de leur première incarcération et notamment leurs papiers d’identité…
Patterson leur ouvre la porte.

« Bienvenus dans le monde libre, déclare le brave gardien, Je ne vous dis pas à bientôt.
- Merci, lui répond Fernando
- Merci, Louis », renchérit Michael

Beth les attend de l’autre côté de la porte. Elle sourit en les voyant sortir.

« Merci, maitre, murmure Scofield, Merci pour tout.
- Tout le plaisir était pour moi. Croyez-moi, lui répond l’avocate en lui caressant le bras, Bon, je tiens à vous prévenir, il y a un monde fou à l’extérieur. Aussi, vos familles vous attendent chez moi. J’ai pensé que ça serait plus intime. Monsieur Kellerman vous conduira. Il a plus l’habitude de ce genre de choses que moi. »

L’avocate guide ses clients jusqu’à la sortie.
Paul, tout sourire, leur ouvre la portière arrière de son puissant 4x4.

« Baissez les vitres quand vous sortirez pour faire un signe aux gens, lui précise-t-il, Ca leur fera plaisir.
- On va devoir dire quelque chose, s’inquiète Fernando
- Non, on tiendra une conférence de presse demain, je l’ai déjà annoncée, lui répond Beth, Aujourd’hui, vous allez retrouver vos proches et vous reposer. Le reste, je m’en charge… »

L’avocate avance vers la grande grille qui marque l’entrée du pénitencier. Dès qu’elle la franchit, elle est aussi assaillie par les journalistes. Paul démarre tranquillement, ses deux passagers installés à l’arrière. Michael et Fernando baissent les vitres fumées une fois à l’extérieur et, en tentant de sourire, font de timides signes à la foule qui les acclame. Les deux amis échangent un regard impressionné alors que le 4x4 s’engage sur l’autoroute en direction de Chicago.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zabou
Went_ Angel
Went_ Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 639
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: DENOUEMENT   Sam 26 Sep - 21:16

Chicago – Appartement de Hewes


Sara, Lincoln, Sofia, LJ patientent dans le luxueux appartement de Beth en compagnie de la mère de Fernando, assise dans le canapé car elle se déplace avec difficulté, de MariCruz et de Petey. Ils ont suivi en direct à la TV la sortie des deux hommes et attendent maintenant leur arrivée avec joie et un soupçon de nervosité.

Enfin l’interphone sonne.

« Oui ?, répond Sara, vêtue de la jolie petite robe noire qu’elle a acheté à Banana Republic
- C’est nous, lui indique la voix de Kellerman
- Je vous ouvre. »

La jeune femme appuie sur le bouton et se précipite dans le couloir suivie par MariCruz et LJ. L’adolescent est le premier à sauter dans les bras de son oncle dès que ce dernier sort de l’ascenseur. Sucre et sa fiancée s’enlacent longuement dans le couloir, savourant ce moment tant attendu. Sara attend que LJ veuille bien lâcher Michael pour s’approcher.

« Pardon », s’excuse l’adolescent dans un sourire

Le couple reste plusieurs secondes à quelques pas l’un de l’autre comme statufiés. Ils se regardent sans oser y croire avant lentement de se rapprocher.

« Tu as mis une robe, sourit Michael en glissant ses mains sur le corps de Sara
- Je l’ai achetée pour toi… », lui répond la jeune femme avant de l’embrasser avec passion

Madame Sucre, soutenue par Petey, marche péniblement vers la porte et tombe dans les bras de son fils en pleurant de joie.

« Mon Dieu, ce que j’ai pu prier », souffle-t-elle en serrant son grand bébé contre son cœur.

Collé à Sara, Michael rentre chez son avocate et sourit à Lincoln qui s’avance vers lui. Il s’agenouille à la hauteur de son frère et le prend dans ses bras. Burrows l’enserre de toutes ses forces.

« Maintenant, plus de sacrifices, lui souffle-t-il à l’oreille, Tu penses à toi… »

Scofield lui répond d’un signe de tête et l’embrasse.

« Tu es de plus en plus en forme, constate-t-il en se redressant
- Je te l’ai dit, je me prépare pour les prochains JO. »

Les deux frères éclatent de rire entrainant les autres dans leur bonne humeur.
Sara sort du frigo le champagne de Hewes avait pris la précaution de mettre au frais. En l’attendent, le groupe d’amis célèbrent leur victoire, même MariCruz trempe ses lèvres dans les bulles françaises.

§§§§§§§§



Beth ne se fait pas prier pour rejoindre la fête quand elle arrive près d’une heure plus tard. Une fois l’euphorie un peu retombée, l’avocate donne leur résultat d’analyse de sang, tout à fait rassurantes, aux deux ex-prisonniers puis aborde un sujet douloureux.

« Avant de passer à table, je voudrais vous parler d’un problème… »

Hewes répète, sans aucun édulcorant, les propos du docteur Moore et Phil Walker au sujet de Luke McLeish.

« Je comprendrais que vous n’ayez aucune envie de vous lancer à nouveau dans une procédure judiciaire mais ce que le procureur Misoko vient de découvrir à son sujet semble malheureusement confirmer l’intuition d’Eva.
- Vous voulez dire que si Kellerman ne l’avait pas envoyé à l’hôpital, il aurait continué malgré les contrôles de la police ?, pâlit Michael
- Tout à fait. Il avait un moyen de vous faire taire. Vos compagnes. Il les aurait menacées… Que pensez-vous d’un certain Trumpets ? Pour vous, c’est quelqu’un de solide psychologiquement ?
- C’est un roc, répond Sucre, Le genre de types avec lequel vous évitez d’avoir des embrouilles. Quand lui et C-Note étaient potes, seuls ces fous de nazis cherchaient des histoires aux blacks. Tous ceux qui voulaient sortir en un seul morceau la jouait cool avec eux.
- Donc, si McLeish s’en était pris à lui, il aurait résisté, il se serait battu.
- Et comme !, s’écrit Fernando
- Ca ne fut pas le cas. »

Sucre et Scofield regardent leur avocate estomaqués.

« L’isolement, le noir, la privation de nourriture, les hurlements, les pleurs des autres l’ont fait craquer. Et McLeish a attendu qu’il tombe comme un fruit mûr, qu’il n’ait plus de capacité de résistance…
- Il nous avait pas raconté tout ça, souffle Mike
- Il vous avait mis en garde, non ?
- Oui, approuve Scofield, Mais sans rentrer dans les détails… Mais, ces dossiers médicaux, les constatations de la police ne vont pas suffire ?
- Pour le faire renvoyer de la pénitentiaire, certainement, pour s’assurer qu’il passe le restant de sa vie derrière des barreaux, pas sûr. Vous connaissez le milieu carcéral mieux que moi. Vous savez que les détenus ne disent jamais rien, qu’ils préfèrent régler leurs comptes entre eux. Pour le moment, aucune plainte n’a été déposée contre lui, en nom propre. Ceux qui vont prendre sont Wallace et Pavelka. Ils le méritent, mais votre témoignage devant la Commission ne suffit pas pour commencer une procédure contre McLeish, vous devez officiellement porter plainte… McLeish n’a que 28 ans. En admettant que Misoko arrive à le traduire en justice sans votre plainte, il ne prend pas plus de 10 ans de prison. Il en ressortira donc à quoi, 35 ans… Si Phil Walker a raison, il passera à l’étape suivante dès sa sortie de prison…
- Et l’étape suivante, c’est commettre des meurtres, poursuit Sara
- En effet. »

Michael et Fernando échangent un bref regard puis hochent la tête.

« D’accord, approuvent ils, On portera plainte contre McLeish et aussi contre Wallace et Pavelka. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zabou
Went_ Angel
Went_ Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 639
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: DENOUEMENT   Sam 26 Sep - 21:17

Chicago – Appartement de Sara


Le douloureux sujet conclut, Beth, ses clients, leurs proches et Kellerman ont savouré l’excellent repas que l’avocate avait commandé puis chacun a regagné son domicile. Paul a insisté pour ramener Sara et Michael qui pensaient prendre un taxi.

« Je préfère vous raccompagner. »

Assis à l’arrière du 4x4, Michael baisse la garde. Il pose la tête sur l’épaule de Sara et ferme les yeux. Kellerman les observe dans le rétroviseur.

« Merci », lui murmure la jeune femme avant de perdre son sourire

L’agent secret a eu un pressentiment, ou de bonnes informations. Une bonne dizaine de paparazzi campent devant l’immeuble de Tancredi. Ils se précipitent sur le couple dès que ces derniers descendent du véhicule. Aussi surpris qu’effrayé, Michael pousse Sara derrière lui pour la protéger. Il regarde la masse compacte de zooms regroupés devant lui avec inquiétude, s’attendant à voir une arme surgir à tout moment. Les questions qui fusent dans tous les sens forment un brouhaha qui lui résonne dans la tête.
Habituée depuis vendredi à ce traitement, Sara glisse devant lui, lui prend la main et l’entraine vers le hall de l’immeuble en tendant, en vain, de repousser les photographes.

« S’il vous plait, déclare-t-elle d’une voix calme, Maitre Hewes a indiqué qu’ils donneront une conférence de presse demain. Soyez gentils, laissez-le se reposer. »

La gentillesse n’étant pas ce qui caractérise les chasseurs d’image, aucun d’entre eux ne reculent. Kellerman décide alors d’intervenir.

« Bon, ça suffit !, tonne-t-il, Mademoiselle Tancredi vient de vous dire de les laisser tranquilles ! Maintenant, reculez ! »

Paul prend la tête du trio et pousse les photographes sans grand succès. Ces derniers ne commencent à s’écarter qu’en entendant une volée de noms d’oiseaux hurlés dans une langue qu’ils ne comprennent pas. Ivan, le brave gardien, et sa femme Svetlana, sont sortis prêter main forte à leur locataire, armés d’une batte de baseball pour lui et d’un rouleau à pâtisserie pour elle.

« Bandes de dégénérés !!, maugréait la brave femme en russe, Laissez-les passer ou je vous transforme en chair à saucisses !! »

Entourés de leurs trois gardes du corps, Sara et Michael parviennent enfin dans le hall. La jeune femme remercie le couple de gardiens, prend congé de Paul qui ressort affronter la meute, puis entraine son amant vers l’ascenseur. Dès que la porte se referme, elle lui vole un baiser.

« Maintenant, tu es tout à moi », souffle-t-elle en le serrant dans ses bras.

§§§§§§§§§§§



Sara tire le verrou, prend Scofield par la main et l’entraine vers le salon.

« Michael, mon appartement. L’appartement, voici Michael. »

Le jeune homme sourit en regardant autour de lui.

« C’est exactement comme je l’avais imaginé, souffle-t-il
- C’est chez toi, maintenant… Alors, fais le tour du propriétaire. Je vais te faire couler un bain. »

La jeune femme allume la radio et part dans la salle de bain.
Michael fait rapidement le tour des pièces avant de la rejoindre.

« Entre »

Scofield fait un pas dans la petite pièce. Sara ouvre un meuble.

« Je t’ai acheté un rasoir, ta mousse et ton après-rasage préféré…
- Comment as-tu su ?, demande le jeune homme en souriant devant les produits que la jeune femme a acquis pour lui
- Jessica… Et voici ta brosse à dent.
- Tu as pensé à tout, murmure Michael en se tournant vers Sara
- J’ai pensé à toi chaque seconde de notre séparation. Faire ces achats était une façon de conjurer le sort. »

Elle coupe l’eau et tire Michael vers la baignoire. Elle glisse ses mains sous le T-shirt du jeune homme et le retire. Michael commence à déboutonner son jeans.

« Laisse-moi faire », lui dit Sara en lui écartant les mains.

Elle finit de le déshabiller, lui déposant quelques baisers sur le ventre et les jambes puis l’invite à entrer dans l’eau chaude et mousseuse.

« Je reviens », murmure-t-elle quand le jeune homme fut confortablement installé

Elle lui dépose un baiser sur les lèvres et s’échappe de son étreinte.
Michael sourit et ferme les yeux. Il glisse un peu plus au fond de la baignoire en écoutant Angie des Rolling Stones qui se termine à la radio. La voix de Freddy Mercury lui fait soudain tourner la tête.

« I've paid my dues, time after time,
I've done my sentence but committed no crime,
And bad mistakes, I've made a few.
I've had my share of sand kicked in my face but I've come through.

We are the champions my friends.
And we'll keep on fighting till the end.
We are the champions. We are the champions.
No time for losers 'cause we are the champions
of the world
.
I've taken my bows and my curtain calls.
You brought me fame and fortune and ev'rything that goes with it,
I thank you all.
But it's been no bed of roses, no pleasure cruise.
I consider it a challenge before the whole human race
and I ain't gonna lose
.”


« We are the Champions my friends, chante Sara en rentrant dans la pièce, vêtue d’un débardeur blanc et d’un petit short moulant, un verre de lait chaud à la main, And we’ll keep on fighting till the end.
- Tu t’es changée, regrette Michael
- Je ne veux pas abimer la robe. C’est la seule que j’ai.
- Je t’en achèterai d’autres. Beaucoup d’autres.
- Peut-être, répond la jeune femme en s’agenouillant à côté de la baignoire, Mais pour le moment, c’est moi qui prend soin de toi. Bois ça. »

Mike sourit et s’exécute. Sara glisse la main dans l’eau chaude et le caresse.

« J’ai trouvé un endroit où l’on pourrait aller passer une petite semaine avant que je témoigne à Washington et que je passe devant la commission pour ma licence.
- Où ça ?
- A Bryce Canyon… Il parait que c’est magnifique, ce n’est pas très loin et c’est calme. Exactement ce qu’il te faut.
- Excellente idée, je n’y suis jamais allé. »

Sara se penche et embrasse Michael. Ce dernier lui passe le bras autour de la taille. La jeune femme s’écarte.

« Finis ton lait chaud.
- Oui, maman. »

Sara l’arrose. Michael lui rend l’appareil. Les amoureux inondent rapidement la salle de bain dans un éclat de rire. Le verre de lait chaud terminé, Sara invite Michael à se relever. Elle attrape un gant qu’elle enduit de gel douche au lait d’amande douce et avec des gestes tendres, frotte le dos de son amant. Ce dernier se laisse faire en fermant les yeux, profitant de cet instant baigné par la douce voix de Barbara Streisand. Le gant de Sara glisse sur son corps, caresse le creux de ses reins, passe sur ses fesses avant descendre le long de ses jambes. La jeune femme remonte lentement sans cesser ses caresses en reprenant avec Barbara…

« Another night is over
Another day is dawning
Touch me
It’s so easy to leave me
All alone with my memory
Of my days in the sun
If you touch me
You’ll understand what happiness is
Look, a new day has began”

Elle attrape le pommeau de la douche et rince le jeune homme avant de l’inviter à se retourner. Avec des gestes tendres, elle lui lave le visage avant de reprendre le gant et de descendre le long de sa poitrine, de son ventre et de ses jambes.

« Pose ton pied sur la baignoire.
- Personne, sauf ma mère, ne s’était jamais occupé de moi comme ça, souffle Michael en obéissant
- Ce n’est que le début », lui répond Sara en levant les yeux

Les pieds terminés, elle enlève le gant pour s’occuper de la partie la plus intime de son amant. Ses caresses font frissonner le jeune homme mais sans provoquer le résultat qu’il espérait. Il baisse la tête pendant que Sara le rince. Elle lui relève le menton et plonge ses yeux noisette dans le regard clair de Michael.

« Tu as besoin de te reposer, lui dit-elle, Ca ira mieux dans deux ou trois jours. »

Ils se fixent de longues secondes, leur regard noyé dans celui de l’autre puis Sara invite Michael à sortir de la baignoire. Elle l’enveloppe dans un drap de bain et l’essuie doucement. Le jeune homme la serre dans ses bras et calle son visage dans le cou de sa compagne. Elle lui caresse tendrement la nuque.

« Ca va aller. Tu as juste besoin de reprendre des forces. On a tout le temps maintenant. Je t’aime »

Elle lui dépose un doux baiser dans le creux de l’oreille et s’écarte pour attraper une crème hydratante.

« Ole Henriksen, lit Michael, « Nourris-moi »
- La vendeuse m’a dit que c’était la meilleure crème pour les peaux maltraitées.
- Tu l’as achetée aussi pour moi ?
- Tu as besoin de retrouver bonne mine », lui répond la jeune femme en lui passant la crème sur le visage.

Elle continue en le massant avec un lait pour le corps de la même marque à la menthe et à la lavande. Michael sourit en se laissant faire.

« J’ai l’impression d’être un gros bébé, plaisante-t-il
- Tu es mon gros bébé et maintenant, au lit. », lui répond Sara en lui tapant tendrement sur les fesses.

Elle le prend par la main et le conduit dans la chambre. Michael s’allonge et laisse Sara le border comme un enfant.

« Je prends une douche et je reviens », lui murmure la jeune femme.

Elle l’embrasse tendrement, repousse doucement le bras qu’il a passé autour de sa taille et sort de la chambre.
Michael ferme les yeux en écoutant Sam Cook fredonner « A change is gonna come ».
sara prend rapidement une douche, dépose les vêtements de Michael dans la machine à laver, éteint toutes les lumières et la radio, entre dans la chambre et sourit.
Michael s’est endormi dans le coin du lit en position fœtal. La jeune femme s’agenouille en face de lui et le regarde un long moment. Ses yeux détaillent chaque trait du visage de son amant, s’arrêtent sur les ecchymoses et les blessures. Elle finit par sourire, s’allonge à ses côtés, éteint la lampe de chevet et le prend dans ses bras en lui déposant un baiser sur l’épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zabou
Went_ Angel
Went_ Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 639
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: DENOUEMENT   Sam 26 Sep - 21:35

27 août

Vu le nombre de journalistes qui ont demandé une accréditation pour la conférence de presse, cette dernière est organisée dans le United Center qui accueille habituellement les Bulls de Chicago. Une table et des micros ont été installés sur le parquet…
Beth Hewes est la première à prendre la parole et répond à toutes les questions d’ordre juridiques puis elle passe la main à ses clients.
Fernando amuse beaucoup l’auditoire par son langue fleuri, ses grands gestes et ses mimiques. Le visage du jeune homme est rayonnant et seule sa côte encore douloureuse le fait un peu tenir tranquille.

« Je peux vous assurer qu’après aujourd’hui, vous n’entendrez plus jamais parler de moi !, déclare-t-il, Je ne traverserai même plus hors des clous ! »

A ses côtés, Michael sourit, rit même aux plaisanteries de son ami, mais la différence entre des deux hommes est frappante. Malgré une bonne nuit de sommeil, les crèmes de beauté et l’excellent petit-déjeuner que lui a préparé Sara, Scofield a encore les traits tirés et le teint pâle. Il laisse d’ailleurs le soin à Fernando de répondre à la majorité des questions, intervenant uniquement quand on s’adresse à lui directement, ou pour parler de Sara ou de son frère. Le jeune homme ne reprend un peu d’assurance que pour remercier les personnes qui les ont aidés, Felicia Lang et William Brown en tête…



30 août

Un magnifique ciel bleu règne sur Chicago, un doux vent rafraichit l’atmosphère….

Quelques badauds venus fleuris la tombe de leurs proches, regardent intrigués la cérémonie qui a lieu au cimetière de Graceland où résonne le son des cornemuses…
Des officiers de la garde nationale, en uniforme de parade, tirent plusieurs coups de feu en l’air. Un cercueil recouvert de la bannière étoilée repose sur des tréteaux. Des gardes nationaux replient le précieux tissu selon un rituel très strict. Puis l’un d’eux le soulève et l’apporte à Jennifer Donovan. Cette dernière, entourée par son mari et par ses proches, est assise sur l’une des chaises installées autour de la tombe creusée la veille. Derrière eux se tiennent les collègues et anciens camarades de classe de leur fille, notamment Wendy, sa secrétaire.
De l’autre côté du cercueil, un homme en fauteuil roulant essuie une larme. Lincoln regarde le cercueil de son amie en serrant la main de Sofia, LJ à ses côtés. Michael, pâle, les traits tendus, se tient à un pas derrière son frère. Il se serre contre Sara pour ne pas laisser le chagrin l’emporter. A leur droite, William Brown, James Whistler, Marylin Misoko, Felicia Lang et Jason Wheeler sont également venus rendre un dernier hommage à l’une des toutes premières civiles qui s’est dressée contre la Compagnie : Veronica Donovan...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zabou
Went_ Angel
Went_ Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 639
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: DENOUEMENT   Sam 26 Sep - 21:38

Post Scriptum


La commission d’enquête chargée de faire toute la lumière sur la Compagnie durera 6 mois. Aux vues de leur conclusion, les sentences données par la justice seront les suivantes :

Matthew Fox, Paul Rubinstein et Lisa Krantz seront relaxés.

Les condamnations pour les personnes corrompues ou impliquées dans les méfaits de la Compagnie à différents titres iront de 5 à 20 ans d’emprisonnement.

Peter Lippmann sera condamné à 15 ans de prison, car il sera prouvé qu’il n’a commandité aucun crime de sang.

Arthur Clayton prendra 20 ans et mourra en prison.

Caroline Reynolds sera condamnée à vie. Vue ses anciennes fonctions, ses actes seront considérés comme de la haute trahison, mais il ne sera jamais prouvé qu’elle a tué le président Mills.

La justice militaire sera moins clémente avec Carl Paxson. Lui aussi jugé pour haute trahison, il sera condamné à mort.

La peine de mort sera également prononcée à l’encontre de Jonathan Krantz et aussi de Jack Fisher. Le brillant homme d’affaire paie ainsi les crimes commis dans les pays du Tier-Monde lors des tests de médicaments. Des documents saisis dans les locaux du 1248 ouest 6ème rue prouveront qu’il a directement donné l’ordre d’effectuer ces tests en toute connaissance de cause…

§§§§§§§§§§§§



Ed Pavelka sera simplement envoyé à la retraite avec un blâme.

Dalton Wallace sera renvoyé de la pénitentiaire et condamné à 5 ans de prison pour mauvais traitement sur prisonniers.

Luke McLeish finira ses jours dans le quartier de haute sécurité du pénitencier de Marion dans l’Illinois. Michael et Fernando ne seront finalement pas les seuls à déposer plainte contre lui. Neil Pitt sera libéré de prison en novembre 2005. Son jeune et dévoué avocat ayant, avec l’aide de Hewes, réussira à prouver qu’il y a eu vice de procédure lors de son arrestation. Poussé par sa mère et son avocat, le jeune homme acceptera de révéler les tortures qu’il a subies à l’isolement de Fox River et les viols dont il a été victime. Le collège de psychiatres qui se pencheront sur le cas McLeish arrivera à la même conclusion que Phil Walter, cet homme est un dangereux psychopathe…

§§§§§§§§§§§§§§§§


2009



Dimitri Aksakov, Ian Jackson et Marylin Misoko sont toujours District Attorney de leur ville respective…

Polly Bowman et Oscar Fitchner continuent de travailler avec Dimitri. En novembre 2005, Polly a donné naissance à une petite fille et a depuis eu des jumeaux…

Michel Drew est toujours à la tête du FBI pour la Californie.

Bree Whiteker a maintenant à la tête du Good Samaritain hospital et vit toujours avec son amie....


Après le succès de toute une carrière et de toute une vie, William Brown a pris une retraite bien mérité dans son Wisconsin natal où il peut s’adonner à sa passion : Les chevaux…

Thomas Grant, alias James Whistler, après sa convalescence, a pris la tête de la section du FBI chargé des délits financiers et autre corruption… Il n’a pas revu Emilie et est toujours célibataire…

Jason Wheeler oriente sa carrière vers la politique. Il vient d’être élu 2ème substitut du procureur aux côtés de Misoko, il s’est marié et a deux enfants.

Jessica Forman poursuit une brillante carrière de journaliste. Elle vient de se marier avec un collègue spécialiste des pages « sport ».

Paul Kellerman est toujours un homme de l’ombre, travaillant pour le bien de son pays. Toujours célibataire, il a été intégré à l’équipe de la maison blanche chargée des questions de sécurité. L’Amérique a pour la première fois de son histoire élu un président noir, le démocrate Barak Obama…

Ellen Mangola poursuit une brillante carrière au sein du FBI de Californie où elle a l’immense plaisir de souvent travailler avec une collègue qu’elle apprécie tout particulière Felicia Lang. La jolie métisse vient de se fiancer et attend son premier enfant…

Felicia, qui continue de monter les échelons dans l’honorable Bureau, n’est pas venue en Californie pour son climat agréable mais pour des raisons bien plus personnelles…

Alexander Mahone a finalement été condamné à 10 ans de prison dans un pénitencier de faible sécurité où il côtoie les délinquants en col blanc. Il continue son long travail sur lui-même. Il sera libéré en mai 2010, à la moitié de sa peine, pour bonne conduite dans l’indifférence générale. Felicia, qui lui rend visite au moins une fois par semaine et lui écrit presque tous les jours, sera la seule personne à l’attendre devant les portes du pénitencier…

§§§§§§§§§§


Fernando et MariCruz se sont mariés en octobre 2005. En Décembre 2005, la jeune femme a donné naissance à une petite Lisa Maria et deux ans plus tard la famille s’est agrandie en accueillant un petit Ernesto.
MariCruz ne travaille plus comme standardiste, elle est maintenant l’attachée de presse de son mari qui a cédé aux sirènes d’Hollywood, producteurs et scénaristes ayant été séduits par le caractère jovial du jeune homme. Fernando est maintenant un acteur célèbre qui joue un agent de la police scientifique dans une série qui tourne autour de 20 millions de téléspectateurs par épisode… Toute la famille habite bien sûr Los Angeles.


§§§§§§§§§



LJ a repris ses études et suit maintenant des cours de droit à Harvard pour devenir avocat. Il profite des vacances pour retourner au Panam voir Maria…

Lincoln a passé près d’un an au centre de rééducation où il s’est lié d’une profonde et sincère amitié avec Andrea et Darius. A sa sortie à l’été 2006, il a épousé Sofia qui travaille comme secrétaire dans le cabinet d’avocats de Beth Hewes. Cette dernière a d’ailleurs fait encore mieux que simplement offrir un emploi à la jeune femme. Profitant de l’émoi suscité par la commission, retransmise tous les jours à la télévision, l’avocate a obtenu la bagatelle de 3 millions de dollars de dommages et intérêts pour Burrows, soit un million par année passée dans le couloir de la mort.
Grâce à cette coquette somme, le couple a pu s’offrir un voyage de noce de rêve à Paris avant d’emménager dans une maison parfaitement équipée pour le handicap du jeune homme et en 2007, ils ont eu une petite fille, Veronica.
L’argent n’étant pas un souci, Lincoln travaille maintenant dans un centre pour jeunes handicapés, fait du bénévolat dans un programme mis en place par l’Etat pour prévenir la délinquance des mineurs et vient d’accepter un poste de conseiller après du gouverneur pour les personnes à mobilité réduite.
Le jeune homme a définitivement enterré les années de rage, d’errance et de doutes pour se construire une vie tranquille tournée vers les autres….


§§§§§§§§§§§§§§§§§


En septembre 2005, Sara a récupéré sa licence. Mais, profitant encore un peu de la générosité de Whistler, le docteur a décidé, pour un temps, de s’occuper que d’un seul et unique patient, Michael. Elle l’a protégé comme une louve de tous les prédateurs attirés par les bénéfices juteux qu’ils pourraient tirer de l’extraordinaire histoire du « héros de l’Amérique » comme l’avait surnommé les médias. Mais à leur grand dam, Tancredi s’est révélée une barrière infranchissable. La seule personne dotée d’une carte de presse qui avait le droit de parler à Michael était Jessica, par égard pour l’aide que la journaliste leur avait apportée. Et par amitié, cette dernière ne cherchera jamais à tirer profit de la situation…

Fin septembre 2005, Sara a décidé de s’accorder un long périple, seule, avec son amant. Ils ont pris la fameuse route 66 pour se rendre à Los Angeles saluer Ellen et Bree Whiteker. Acceptant la proposition de l’agent du FBI, ils ont passé une semaine dans le magnifique chalet des Mangola, qui étaient partis à Hawaï. Le calme et l’air pur de la petite station de ski était exactement ce dont Michael avait besoin. Revigoré, c’est lui qui conduisit la majeure partie du retour vers Chicago…

De retour à Windy City, Michael s’est occupé des quelques travaux de bricolage dont l’appartement de Sara avait besoin puis a commencé à tourner en rond. Il n’avait pas vraiment envie de se retrouver à nouveau enfermé dans un bureau mais une quelconque activité professionnelle commençait à lui manquer.
La solution fut apportée par Paul Kellerman, venu aux nouvelles.

« L’ONU a grand besoin de personnes ayant tes compétences. »

Aussi depuis novembre 2005, Scofield travaille pour le Haut Commissariat aux Réfugiés, dirigeant une équipe chargée d’intervenir dans les situations d’urgence : catastrophes naturelles, guerres, etc.….

§§§§§§§§§§§§


Mais en mai 2009, c’est d’une toute autre mission que le jeune homme revient….

Michael pose la tête contre le hublot du Boeing 777 d’Air France qui entame son approche sur l’aéroport de John Fitzgerald Kennedy. Au loin, les buildings de Manhattan montent vers le ciel rougi par le coucher du soleil. Le jeune homme savoure cet instant après ses 10 jours en enfer….

Un an plus tôt, lors d’une mission au Darfour, très médiatisée à cause de la présence de George Cloney, il a fait la connaissance de Marek Cywinski, un jeune médecin polonais de la Croix Rouge. C’est Marek qui a abordé Michael, impressionné par le talent du jeune architecte, qui faisait des miracles pour organiser ce camp, l’un des plus grands camps de réfugiés au monde.
Un soir, buvant un café sous une tente, Marek lui a expliqué qu’il était le fils du directeur du musée d’Auschwitz.

« Ils ont beaucoup de problèmes de conservation. Les années détruisent peu à peu les preuves, les témoignages de ce qui s’est passé là-bas.
- Je suis ingénieur en génie civil, expliqua Michael, Je n’y connais rien en conservation des objets.
- Mais il n’y a pas que les objets, il y a aussi les bâtiments, les fours crématoires… Le camp a été construit à la va vite sur un terrain marécageux et comme tu le sais, les nazis ont fait sauter la partie Birkenau, les fours notamment. Et conserver des ruines est très difficile. Elles s’enfoncent dans le sol comme dans un sable mouvant. Si rien n’est fait, dans quelques années, tout aura disparu sous terre et pour le moment, aucun architecte qui est venu sur le site n’a pu proposer de solutions satisfaisantes… »

Scofield a réussi à se faire transféré temporairement à l’UNESCO qui a classé le camp de concentration au patrimoine mondial. Cela lui permettra de lever des fonds plus facile et en ce mois de mai 2009, il vient de passer 10 jours sur place… En enfer…
Le fonctionnement particulier de son cerveau, son inhibition latente, lui permettait de « voir » chaque détail des bâtiments qu’il avait sous les yeux mais aussi de la terre, gigantesque cimetière à ciel ouvert. Durant son séjour, le jeune homme n’a pas passé une nuit sans faire de cauchemar...
La solution satisfaisante, il l’a trouvée, mais elle a un revers… Pour rehausser les ruines des fours qui s’enfoncent inexorablement dans le sol marécageux, il faut les soutenir avec des pilotis… Mais qui dit mettre des pilotis sous les fours dit creuser dans cette terre…
Durant les 7 heures de vol entre Paris, où il s’est arrêté pour présenter sa solution au siège de l’UNESCO et New York, où il vit désormais, il n’a cessé de retourner toutes les solutions dans sa tête mais il doit se rendre à l’évidence. Il n’y a pas d’autre solution, sinon reconstruire à neuf ce qui n’est pas dans la philosophie du directeur du musée qui ne veut pas donner de grain à moudre aux négationnistes….

Michael ne sort de ses idées noires qu’une fois dans la file d’attende pour passer les douanes. Le brouhaha dans toutes les langues du monde, les officiers et leur aimable « suivant ! », tout lui indique qu’il est bien à New York. Il sort son Blackberry et envoie un sms à son frère pour lui dire qu’il est de retour à la maison. Cela lui permet de patienter un peu avant de LES retrouver…

§§§§§§§§§§§§§§§§§


Son petit Frank, bientôt trois ans, dans les bras, Sara attend dans la zone d’arrivée. Le petit garçon fixe la porte coulissante.

« Papa !! », crie-t-il

Sara le pose et le laisse courir vers Michael. Ce dernier se baisse en écartant les bras dans lesquels le bambin saute en riant.

« Tu m’as ramené quelque chose ?
- Tu as été sage ?
- Bien sûr.
- C’est vrai ce mensonge ? », rit Michael, connaissant le caractère remuant de son fils.

Il se tourne vers Sara, lâche sa valise pour passer le bras autour de la taille de la jeune femme et l’embrasse.

« Tu es chaque fois encore plus belle »

Puis il se tourne vers son fils.

« Pas vrai qu’elle est belle, maman ?
- C’est la plus belle du monde. »

Sara sourit à ses deux hommes.

La jeune femme prend le volant et s’engage sur l’autoroute. Le couple parle quelques instants de la mission de Michael avant d’aborder un sujet plus personnel : leur mariage prévu pour la fin août…

En effet, Scofield et Tancredi vivent encore dans le péché, la faute à… Nika.

Les ennuis de la jeune femme ne se sont pas arrêtés au moment où les deux frères l’ont abandonnée au bord de la route. La police a retrouvé sa voiture accidentée dans le fossé et a eu idée de faire quelques relevés, d’empreintes notamment. Si Nika pouvait justifier que les forces de l’ordre y aient trouvé les empreintes de son mari, vu qu’il lui a offert le véhicule, il lui était plus difficile d’expliquer comme les empreintes de Lincoln Burrows s’étaient retrouvées sur le volant, étant donné que la voiture avait été fabriquée un an après son incarcération… Toutefois, la police avait laissé Nika en liberté, persuadée qu’elle leur avait menti, qu’elle savait où était son mari et qu’elle chercherait à le rejoindre. Au lieu de cela, la jolie Tchèque a pris peur, contacté quelques vieux « amis » à qui elle a demandé de la renvoyer dans son pays d’origine. Elle y vit depuis sous une fausse identité et les autorités locales n’ont pas fait beaucoup d’efforts pour la retrouver dans cette simple histoire de divorce.

Aussi, Michael n’a eu d’autre choix que de s’embarquer à nouveau dans une procédure judiciaire pour faire annuler son mariage, ce qui a pris 3 ans…

Ils parlent traiteur au moment où la voiture entre dans Brooklyn, le quartier où habite la famille, à deux pas de l’hôpital où Sara travaille comme urgentiste. Le couple s’est installé dans ce quartier dès son arrivée dans la Grande Pomme, séduit par la proximité de Prospect Park, Sara étant à l’époque enceinte de 3 mois. Michael avait eu un coup de foudre pour un petit entrepôt complètement à l’abandon et en vente à un prix plus que raisonnable. Sara était plus dubitative. Elle se demandait comment cette ruine pourrait un jour devenir un lieu habitable. Le talent de Michael et 8 mois de travaux plus tard, l’entrepôt est devenu un superbe loft de 300 mètres carrés avec un jardin d’hiver.

Sara prend son petit garçon qui s’est endormi à l’arrière de la voiture et part le coucher pendant que Michael sort sa valise.
Il la pose dans leur chambre et rejoint Sara qui s’occupe de leur petit garçon toujours endormi.

« Je vais le faire, lui souffle-t-il en lui passant le bras autour de la taille
- Je te prépare un whiskey ?
- Volontiers. »

Sara l’embrasse et sort de la chambre laissant les garçons entre eux. Michael finit d’enfiler son pyjama à son fils et le couche délicatement dans le petit lit à barreaux. Penché sur l’enfant, il le regarde dormir en se remémorant de merveilleux souvenirs…

La feuille de papier que Whiteker, décidément porteuse de bonnes nouvelles, leur a tendu à leur retour de Big Bear. Avant de partir pour la station de ski, Sara lui avait demandé de lui faire une prise de sang pour expliquer, ou plutôt, confirmer ce que lui indiquaient ses nausées… Le petit garçon avait été conçu lors de leur escape à Bryce Canyon où le couple avait profité de la féérie de l’endroit pour mieux se connaitre, parlant beaucoup dans la journée, faisant l’amour durant la nuit…

Ce jour béni de mai 2006 où Michael, dans ses petits souliers, avait foncé à l’hôpital alors que Sara perdait les eaux dans la voiture… La jeune femme avait été d’un calme olympien contrairement à son compagnon qui faillit bien tourner de l’œil. Heureusement, il avait tenu le coup et avait pu assister à l’accouchement, à ce moment magique où la gynécologue avait posé Frank sur le ventre de sa maman….

Michael finit par se redresser et rejoint Sara dans le salon.

« Tiens, lui sourit-elle en lui tendant son whiskey glace
- Tu prends un jus de pomme ? », s’étonne le jeune homme en s’asseyant à ses côtés

Depuis leurs vacances il y a 2 ans dans les Antilles Françaises, Sara était devenue une fan du Punch Coco. Elle avait pris l’habitude d’en boire un verre avec Michael quand il rentrait de mission.

La jeune femme sourit et tend un petit paquet à son compagnon.

« Qu’est ce que c’est ?
- Ouvre. »

Michael obéit amusé. Il défait le paquet et en sort une sorte de thermomètre. Mais à la place de l’échelle de température, il n’y a qu’un petit rond où il est noté « Enceinte »…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DENOUEMENT   

Revenir en haut Aller en bas
 
DENOUEMENT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14
 Sujets similaires
-
» One Piece 575
» [Ferney, Alice] Grâce et dénuement
» [Musset, Alfred (de)] On ne badine pas avec l'amour
» [Higgins Clark, Mary] Ce que vivent les roses
» ENGRENAGES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Séries Addict :: LE PINCEAU ET LA PLUME :: FanFictions-
Sauter vers: